Vices cachés


Un viticulteur avait acquis d’occasion des caisses en bois pour stocker des bouteilles dans ses chais. Certains vins ayant présenté un mauvais goût en raison du traitement des caisses au pentachlorophénol, le viticulteur avait demandé au fournisseur de l’indemniser sur le fondement de la garantie des vices cachés. Cette demande est rejetée car le viticulteur pouvait se convaincre lui-même du vice en procédant aux vérifications élémentaires incombant à un professionnel averti.